verre vin

La vérité est au fond du verre à vin!

Tout amateur averti connaît les grands producteurs de verre à vin. Si vous avez eu la chance de participer à des « tastings » officiels ou des salons de professionnels, on vous a déjà tendu un de leurs verres à l’entrée. L’importance du bon verre n’est donc pas une notion inconnue pour vous. Et peut-être que, comme moi, vous vous êtes rendu compte que vous aviez mal dégusté toute votre vie. Je vous explique pourquoi et vous donne quelques clés pour mieux trouver le vôtre.

L’anatomie du verre à vin

La forme du verre est déterminante pour le goût du vin. Assurément, l’intensité des arômes sera perçue différemment si le calice est étroit ou large. De même, la quantité de vins entrant en contact avec le palais dépend de l’épaisseur du verre. C’est donc le calice qui est nous ici utile. Le pied n’a aucune incidence sur le goût bien qu’il soit un indicateur de la qualité du verre.

Petite précision : un verre à pied se tient toujours près de la base. Vous risqueriez de réchauffer le liquide en posant votre main au niveau du calice.

La forme, vecteur du message du vin

Il est ici question du diamètre du bord et de l’ouverture. Un calice étroit révèle moins les arômes, la surface de vin exposée à l’air est moins importante. Il sera donc idéal pour les vins puissants. En revanche, un gobelet large libère les arômes. La surface d’échange avec l’air est donc plus importante, c’est parfait pour un vin délicat et aromatique.

Ainsi, le bord du verre arrondi atténue la sensation de gras et accentue l’acidité et l’astringence ; un verre évasé est parfait pour les vins rouges d’acidité marquée et peu tanniques.

Certains fabricants de verre, en se basant sur ces règles, ont donc créé un verre pour chaque cépage voire pour chaque appellation, chaque degré de maturité. Et le résultat est bluffant. Même l’eau du robinet est meilleure dans le bon verre.

Choisir le bon verre. Source: Wine Folly.

Quel verre choisir ?

Le petit schéma ci-dessus résume parfaitement les bases énoncées plus haut et réalisé par Madeline Puckette de Wine Folly. Le mieux est de se tenir à deux verres différents : un pour le rouge, un pour le blanc et les effervescents. Certaines marques commercialisent des verres universels qui sont très bien pour tous les jours. A quoi reconnaît-on la qualité ? La finesse du verre (0,5mm) et de la tige, une base aussi large que la paraison. Comme disent les américains, un « game changer » ! Bonne exploration !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *